Sélectionner une page

Se ballader sur Unter den Linden

Bienvenue dans l’une des rues les plus célèbres à Berlin : Unter den Linden. Celle-ci commence à Schlossplatz et se prolonge jusqu’à la Pariser Platz et la fameuse Porte de Brandebourg. Un axe important pour Berlin qui est devenu la rue principale de l’ouest de la ville au 18e siècle.

L’histoire de la rue

Autrefois, Unter den Linden était le chemin emprunté par la royauté pour se rendre sur le territoire de chasse royale, désormais Tiergarten. C’est au 17e siècle que des tilleuls furent plantés tout au long de la rue. Le nom de la rue ne doit donc rien au hasard puisque Linden est tout simplement le nom allemand pour « tilleuls ». Coupés en 1658, les tilleuls ont finalement été replantés en 1820 sur trois quarts de la longueur de la rue, et nous pouvons toujours les admirer sous cette configuration de nos jours.

Après la Seconde Guerre mondiale

Très touchés par les combats pendant la Seconde Guerre mondiale, les prestigieux bâtiments ont été restaurés après la fin de celle-ci. Après la réunification de l’Allemagne, la rue s’est parée acquis plusieurs cafés et restaurants, ainsi que de nombreuses boutiques faisant de la rue une artère florissante pour le commerce. On retrouve également de nombreuses librairies autour de la Humboldt Universität et de la Staatsbibliothek.

Autour de la rue Unter den Linden

Partons à la découvertes des lieux les plus emblématiques à proximité de la rue Unter den Linden, encore autant de bonnes raisons pour prolonger votre visite en dessous des tilleuls.

 

Humboldt Universität

Le bâtiment fût construit en 1753, mais n’était pas dédié pour l’université en premier lieu, mais pour le Prince Heinrich de Prusse, le frère de Frédéric le Grand. C’est seulement en 1810 que fût fondée l’université à l’initiative de Wilhelm von Humboldt, c’est la naissance de l’université de Berlin. C’est que bien plus tard, en 1949 que celle-ci fût renommée en l’honneur de son créateur.

L’architecture de la Humboldt Universität

La conception globale du bâtiment à l’origine se compose d’un bloc principal et de sa cour enfermée autour de deux ailes. Depuis, le bâtiment a été prolongé plusieurs fois. On retrouve deux statues en marbre (1883) de Paul Otto debout à la porte d’entrée et qui représentent Wilhelm von Humboldt (tenant un livre) et son frère Alexandre (assis sur un globe), qui était un explorateur célèbre. Beaucoup de savants célèbres ont travaillé à l’Université. On retrouve les philosophes Fichte et Hegel, les médecins Rudolf Virchow et Robert Koch, ou encore les physiciens Max Planck et même, Albert Einstein ! Mais également Heinrich Heine, Karl Marx et Friedrich Engels. Que des beaux noms. Pendant la période de la guerre froide, l’université était en secteur russe. C’est alors que pour pallier aux difficultés d’accès à l’université pour les étudiants de Berlin Ouest que fût créée la Freie Universität.

visiter la tour de petrin a Prague de nuit

 Staatsbibliothek

Le cœur de la Bibliothèque d’État provient de la collection privée de Friedrich Wilhelm, un grand électeur, et qui fût fondée en 1661 sur la Stadtschloss. À la fin de 18e siècle, elle a été déplacée dans le bâtiment « Alte Bibliothek ». Le bâtiment actuel de la Staatsbibliothek a été conçu par Ernst von Ihne et fut construit entre 1903 et 1914 sur le site de l’Académie des sciences et de l’Académie des Beaux-Arts. Cet impressionnant bâtiment a été sévèrement endommagé pendant la WWII et a dû subir une vaste restauration pour retrouver son état d’origine.

La collection impressionnante, avec pas moins de 3 millions de livres et de périodiques, fut dispersée pendant la guerre, y compris une collection de partitions inestimable de musiques, qui ont fini dans la bibliothèque Jagiellonian à Cracovie en Pologne. Après la guerre, seulement une partie de la collection fut rapatriée dans le bâtiment d’Unter den Linden, pendant que le reste a été dispatché sur Berlin Ouest

Deutsche Bank KunstHalle

 Avis aux amateurs d’art ! La Deutsche Bank a ouvert sa propre galerie qui présente sa collection privée de 56 000 pièces, appelé « Art Works ». La collection comprend des œures précieuses du modernisme allemand.