Sélectionner une page

L’école d’équitation espagnole à Vienne

De renommée mondiale, la Spanische Hofreitschule est une institution à Vienne. L’école d’équitation espagnole nous transporte en l’espace d’un instant à l’époque impériale des Habsbourg avec un show équestre magnifique.

Le spectacle de l’école d’équitation

Ce spectacle équestre unique au monde est réalisé par des « étalons lipizzans » tiennent leur nom de l’endroit où ils étaient élevés autrefois : Lipica. Ce haras impérial est situé aujourd’hui sur la ville de Sežana en Slovénie qui comprend le territoire de Lipica.

Ces étalons gracieux exécutent un ballet équin sur un programme de musique classique dans un somptueux décor et sous la lumière de magnifiques lustres. Le public admire le spectacle depuis les balcons à piliers, ou depuis les gradins debout (moins cher).

Venir voir le spectacle équestre à Vienne

Il existe plusieurs façons de venir voir le spectacle équestre des Lipizzans. Les meilleures places, c’est-à-dire les places assises en hauteur sont réservées des mois en avance. Pensez donc à vous y prendre très tôt ! Vous pouvez retrouver sur le site web de l’école équestre de Vienne toutes les informations sur les dates et les heures de représentation. Vous pouvez d’ailleurs y réserver directement les billets pour les représentations.

En règle générale, les représentations ont lieu à 11 heures le dimanche de mi-février à juin et de mi-août à décembre, avec très souvent des représentations supplémentaires le samedi et parfois d’autres jours de la semaine. Pour les billets debout, vous devrez tout de même réserver au moins un mois à l’avance.

Faire une visite guidée de l’école

Par ailleurs il est possible de visiter l’école avec un guide. Les visites guidées durent une heure (adulte / enfant 16 € / 8, 14h, 15h et 16h de mars à fin janvier, 14h, 15h et 16h mardi au dimanche fin janvier et février), en anglais ou en allemand. Le guide vous fera notamment visiter la salle de spectacle et les écuries.

 

L’histoire des étalons Lipizzans

Les premières traces de la race des étalons lipizzans remonte aux années 1520, lorsque Ferdinand Ier importa les premiers chevaux d’Espagne pour le palais impérial. Son fils Maximilian II en importa de nouveaux entre 1560 et 1580.

L’origine des lipizzans

C’est l’archiduc Charles II qui a établi le haras impérial à Lipizza (Lipica, aujourd’hui en Slovénie), donnant ainsi son nom au cheval. La noblesse autrichienne avait toutes les bonnes raisons de se tourner vers l’Espagne pour ses chevaux. En effet, les Espagnols étaient considérés comme le dernier cri de l’élevage équin de l’époque. Et ce, grâce aux Maures du VIIe siècle qui avaient amené leurs élégants chevaux dans la péninsule ibérique.

Au milieu du 18e siècle, les Lipizzans avaient la réputation d’être les meilleurs chevaux d’Europe.
Au fil des siècles, les catastrophes naturelles, mais surtout les guerres, ont peu à peu vidé la ville Slovène de Lipica de ses magnifiques chevaux. On pense notamment à la première guerre mondiale avec l’entrée en guerre de l’empire Austro-Hongrois. En 1915 les chevaux sont exilés à Laxemburg (juste à l’extérieur de Vienne), et d’autres en Bohême, la République tchèque d’aujourd’hui (à l’époque cette région faisait partie de l’Empire austro-hongrois).

Les lipizzans dans l’après-guerre

Lorsque la monarchie autrichienne s’est effondrée en 1918, Lipica est passé aux mains italiennes et les chevaux ont été répartis entre l’Autriche et l’Italie. Les Italiens ont conservé le haras en Slovénie, tandis que les Autrichiens ont transféré leurs chevaux à Piber, près de Graz.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, les armées d’Hitler ont envahi et réquisitionné le haras de Piber en Autriche et ont commencé à y élever des chevaux et des mulets. Ils ont également décidé de rassembler sous un même toit les différents haras de leurs régions occupées.

Craignant que le Lipizzan ne tombe entre les mains de l’armée russe alors qu’elle avançait vers la région en 1945, les forces américaines s’emparèrent du Lipizzan et d’autres chevaux à Hostau et les renvoyèrent en Autriche. Aujourd’hui, Piber alimente encore l’école d’équitation espagnole avec ses étalons blancs majestueux.