Sélectionner une page

La colline de Petrin à Prague

La colline de Petrin est surtout connue par le fait qu’à son sommet se trouve une tour qui ressemble fortement à la Tour Eiffel de Paris. Mais ce n’est pas le seul élément marquant de cette colline très verdoyante, qui est très agréable pour des promenades jusqu’au sommet. Le sommet de la colline de Petřín est considéré comme l’un des meilleurs endroits de Prague pour un moment très romantique avec votre amoureux ou amoureuse tout en profitant d’une magnifique vue sur la ville.

Le monument aux victimes du Communisme

Au pied de la colline de Petrin vous pouvez trouver le monument aux victimes du Communiste, qui se présente sous la forme de sept statues. Ces personnages descendent les marches de la colline, et plus ils sont en hauteur, et plus la statue est défigurée, voire démembrée. Ce monument est l’œuvre d’Olbram Zoubek, un sculpteur tchèque qui le réalisa en 2002.
En bas du monument, une plaque de bronze rappelle le nombre précis de victimes du communisme en Tchécoslovaquie pendant la période post seconde guerre mondiale. On dénombre notamment 205 486 personnes qui ont été emprisonnées, 248 qui ont été exécutées, 4500 sont mortes en prison, 327 ont été abattus en tentant de traverser la frontière.

Hladová zeď, le mur de la faim

Juste à côté du monument aux victimes du communisme se trouve le mur Hladová zeď, une ancienne muraille défensive construite entre 1360 et 1362 sur les ordres de Charles IV. D’une hauteur de 4 mètres, ce mur avait pour vocation de protéger la ville des attaques venant du sud et de l’ouest. Avant de s’appeler le mur de la faim, celui-ci s’appelait « Zubatá » (denté ou pointu). Selon certaines sources, en 1361 une famine frappe la ville et les ouvriers travaillant sur le chantier du mur ont pu grâce à leur travail éviter la pauvreté. D’où le changement de nom pour coller à la nouvelle situation ou le mur n’était qu’un prétexte pour faire travailler les plus démunis. Un autre mythe dit que Charles IV lui-même aurait travaillé plusieurs heures par jour sur le mur pour aider son peuple adoré. Toujours est-il que de nos jours les tchèque utilise le nom du mur, « hladová zeď » comme une expression pour parler de travaux publiques inutiles.

 

Monter au sommet de la colline de Petřín

En arrivant depuis le tram, une fois en bas de la colline, vous trouverez sur la droite à 50 mètres environ, la gare de départ du funiculaire qui vous permettra de grimper rapidement la colline de Petřín. Pour l’utiliser vous devez vous munir d’un ticket classique de transport en commun (les mêmes que pour le tram / métro). Celui-ci fonctionne tous les jours, de 8h à 22h pour un départ tous les quarts d’heure. Il peut cependant être fermé temporairement hors saison touristique pour maintenance.

visiter la tour de petrin a Prague de nuit

La tour de Petřín

Construite pour l’exposition universelle de Prague de 1891, la tour Petřín fait 60 mètres de haut et s’inspire largement de sa consœur, la Tour Eiffel, qui elle est bien plus grande. Mais la tour de Petřín n’a pas dit son dernier mot, puisque juché au-dessus d’une colline elle culmine comme la Tour Eiffel à 324 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Pour grimper tout au-dessus, chauffez-vous les guiboles car ce sont près de 400 marches qui vous attendent. Mais vous serez récompensé avec une vue imprenable sur la ville de Prague. Une vue encore plus magique la nuit tombée. Si vous avez des difficultés, un ascenseur est disponible contre un petit supplément sur le ticket.

Les activités à faire en haut de Petřín

Au sol de la tour se trouve un petit musée d’un personnage étonnant : Jára Cimrman. Personnage de fiction inventé par la télévision, il serait un touche à tout et surtout un inventeur prolifique, bref un génie.
A quelques pas de la tour de Petřín, se trouve le « labyrinthe de miroirs ». Comme vous l’aurez sans doute deviné, plusieurs miroirs déformants vous permettront de rigoler un bon coup. Mais ne vous attendez pas à y passer des heures tant il est minuscule.
Un peu plus loin se trouve le monastère de Strahov, l’un des plus anciens de la Tchéquie et qui abrite une bibliothèque magnifique rassemblant de nombreux ouvrages anciens. Une autre partie des bâtiments du monastère ont été convertis en lieux de restauration pour satisfaire les touristes.